FR | DE | ENGLISH| |

Sport en période de coronavirus : bonne ou mauvaise combinaison ?

On le sait, faire du sport c’est bon pour notre santé physique et mentale, ainsi que pour notre durée de vie. Mais il semblerait que des efforts intenses soient proscrits dans certains cas, notamment lors de risque d’infection.  

Sport et infection : les risques pour la santé

Le cardiologue du sport Dr. med Laurent Chevalier met l’accent sur le fait que la pratique sportive est incompatible avec une infection. En particulier en cas de fièvre ou d’autres symptômes bien-sûr, mais aussi durant les huit jours qui suivent le rétablissement. Quels risques encourt-on avec une pratique longue ou intensive alors qu’on est infecté ? Le virus peut se propager jusqu’au muscle cardiaque, pouvant provoquer une arythmie très dangereuse.  

Aujourd’hui, avec le grand nombre de porteurs sans symptômes du coronavirus, le risque est selon le Dr med Laurent Chevalier bien présent. Il encourage ainsi une pratique sportive très modérée et de moins d’une heure.

Sport et risques de propagation du virus

De nombreux médecins rappellent également que le  se transmet par gouttelettes. Les sécrétions respiratoires issues du nez et de la bouche se retrouvent dans l’air et sont donc porteurs de ce virus, tout comme la sueur ainsi que tous les objets en contact. Sortir faire du sport en compagnie est de ce fait risqué, tant pour sa propre contamination que pour celle des autres. Ils suggèrent donc de faire des exercices de moyenne intensité à l’intérieur de son domicile, à distance de toutes personnes afin d’éviter de les infecter. Courir seul et modérément en pleine nature est peu risqué en ce qui concerne les transmissions, mais il est conseillé d’éviter toutes les causes possibles d’accidents en ce moment, car les services d’urgence sont très occupés avec les malades COVID-19.

Sport et système immunitaire

En dehors des périodes d’infection, une pratique sportive est toutefois nécessaire à notre santé, et notamment pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire. La sédentarité totale n’est donc pas une option à privilégier. Le Dr. med Boris Gojanovic, médecin du sport, résume ainsi les études des dernières années :

Faire une activité physique modérée (<75% fréquence cardiaque max = essoufflement modéré) de moins d’une heure plusieurs fois par semaine permet d’améliorer l’activation immunitaire, nos fonctions antioxydantes et anti-inflammatoires. Cela pourrait permettre de réduire la susceptibilité et la sévérité des infections.  

Cependant, une activité physique intense et/ou trop longue risque de perturber le métabolisme et les défenses immunitaires de notre corps. De plus, des études ont souligné que le risque d’infection augmentait après un effort physique d’endurance ou très intense.

Nieman DC et Wentz LM. The compelling link between physical activity and the body’s defense system. Journal of Sport and Health Science. 2019;8:201-217.

Williams PT. Dose-response relationship between exercise and respiratory disease mortality. Med Sci Sports Exerc. 2014;46:711–7.

En conclusion, bougez modérément, seul ou à bonne distance des autres. Ce n’est pas le moment de vouloir battre des records.

 

Pour en savoir plus sur le système immunitaire

Pour en savoir plus sur les nutriments pour le système immunitaire

 

Swiss Alp Health Science 31.03.2020

Select your currency
CHF Franc suisse
EUR Euro