--> Stress oxydatif | Antioxydant | Radicaux libres | Swiss Alp Health
Swiss Alp Health Logo Blue

Le stress oxydatif, qu’est ce que c’est ?

L’oxydation, comment ça marche ?

L’oxydation est une réaction chimique qui se fait en présence d’oxygène. On la voit lorsqu’on coupe une pomme : une fois coupée, la pomme a tendance à brunir, car une de ses enzymes réagit au contact de l’oxygène et transforme une molécule (appelée phénol) en une autre molécule (appelée quinone) qui va se décomposer en un pigment brun. L’ajout de jus de citron va permettre de ralentir ce brunissement car il contient de la vitamine C, un fort antioxydant, qui va réduire la quantité de quinones et donc empêcher l’apparition du pigment brun.

C’est le même équilibre entre oxydation et antioxydation qui a lieu dans chacune de nos cellules. Nous avons bien-sûr besoin d’oxygène pour vivre et chacune de nos cellules l’utilise dans de nombreux processus. Lors de certaines de ces réactions, par exemple lorsqu’on produit l’énergie cellulaire ATP, des radicaux libres (ROS – espèces d’oxygène réactif) sont formés. Leur présence -en petite quantité- est normale, et ils ont certaines fonctions telles que la communication entre les cellules, la synthèse de certains composants cellulaires ou comme arme du système immunitaire contre les pathogènes. En même temps, les ROS sont constamment détoxifiés par certaines enzymes antioxydantes ou par d’autres mécanismes, pour devenir des produits inoffensifs, tels que l’eau H2O.1,2 On atteint un équilibre oxydatif qui fonctionne normalement très bien ! Sauf que ce n’est pas toujours le cas…

Tout est une question d’équilibre… Sinon, c’est le stress oxydatif !

Le stress oxydatif est un phénomène causé par un déséquilibre entre la production et l’accumulation de radicaux libres (ROS) dans les cellules et tissus, et la capacité de notre corps à détoxifier ces produits réactifs.1

En effet, si la présence de ROS crée par notre métabolisme cellulaire est normale, certains facteurs environnementaux, comme les UV, les radiations ionisantes, les polluants, les métaux lourds, le tabac, l’alcool, certains médicaments et produits chimiques, contribuent à augmenter considérablement la production de ROS. Cette grande quantité de ROS ne peut pas être détoxifiée en entier par nos défenses antioxydantes, et ce déséquilibre entraîne des dommages aux cellules et aux tissus. C’est ce qu’on appelle le stress oxydatif.

Pour contrebalancer, il existe également des antioxydants exogènes qui vont pouvoir réagir avec les ROS pour les rendre inoffensifs, empêcher leur production ou activer les enzymes antioxydantes.1,2 Les vitamines B2, C, E, le sélénium, le cuivre, le manganèse, le zinc et les polyphénols de l’huile d’olive contribuent à protéger les cellules contre le stress oxydatif.

Pourquoi est-ce que le stress oxydatif est négatif ?

Quand il y a trop de ROS par rapport à nos défenses antioxydantes, les membranes de nos cellules, nos protéines, nos lipides, notre ADN etc. vont être « attaqués » et endommagés.1 Ainsi, les modifications de l’ADN d’une cellule entraînent une dérégulation de ses fonctions et de son ‘’comportement’’, ce qui va impacter le tissu dans lequel elle se trouve. 

Or le vieillissement peut être défini comme ‘’la perte progressive des fonctions de nos tissus’’, et la répétition de dommages dus à l’excès de ROS peut donc l’accélérer. Ainsi, avec le temps, si le stress oxydatif n’est pas résorbé, les dommages s’accumulent, les tissus n’arrivent plus à garder leur homéostase et se dérèglent.1 De plus, avec l’âge, les défenses antioxydantes s’amenuisent, nous rendant plus sensibles à un excès de ROS.4

Heureusement, il n’est jamais trop tard pour s’impliquer dans la réduction du stress oxydatif de notre corps. Il est possible de réduire au maximum la génération de ROS exogènes en évitant de s’exposer aux radiations, aux polluants, au métaux lourds, au tabac et à l’alcool, à certains médicaments et aux produits chimiques.

Une activité physique régulière

Une activité physique modérée et régulière en aérobie (longue et peu intense, utilisant de l’oxygène dans les muscles) est également importante pour limiter l’accumulation du stress oxydatif car elle stimule les défenses antioxydantes, notamment dans les muscles. Elle est de plus essentielle pour maintenir une bonne santé en général. Cependant, une activité physique de haute intensité va augmenter le stress oxydatif dans notre corps.4

 

Clause de non-responsabilité:
Les informations publiées sur www.swiss-alp-health.ch ne sauraient prétendre à l’exhaustivité et ne peuvent en aucun cas remplacer des conseils ou traitements médicaux individuels. Les dites informations ne peuvent pas servir à établir des diagnostics indépendants ni à choisir, appliquer, modifier ou arrêter le traitement d’une maladie. En cas de problèmes de santé, il est recommandé de consulter un médecin. Tout accès à www.swiss-alp-health.ch et à son contenu relève de la propre responsabilité de l’utilisateur.

 

  1. Pizzino, G. et al. Oxidative Stress: Harms and Benefits for Human Health. Oxidative Medicine and Cellular Longevity vol. 2017 (2017).
  2. Burton, G. J. & Jauniaux, E. Oxidative stress. Best Practice and Research: Clinical Obstetrics and Gynaecology vol. 25 287–299 (2011).
  3. Birben, E., Sahiner, U. M., Sackesen, C., Erzurum, S. & Kalayci, O. Oxidative stress and antioxidant defense. World Allergy Organization Journal vol. 5 9–19 (2012).
  4. Liguori, I. et al. Oxidative stress, aging, and diseases. Clinical Interventions in Aging vol. 13 757–772 (2018).
  5. Salim, S. Oxidative stress and the central nervous system. Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics vol. 360 201–205 (2017).
Select your currency
CHF Franc suisse
EUR Euro